La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Bienvenue sur le site Web http://lpbduby.fr permettant de suivre le travail de français/littérature mené avec les classes, de prolonger ou préparer le cours et accompagner la préparation à l'examen.

lycée DUBYlycée DUBYLe lycée DUBY accompagne depuis une dizaine d'années ses élèves vers le bac et le post-bac. J'assure pour ma part à Duby depuis près de dix ans un enseignement destiné aux classes internationales et ponctuellement aux classes de secteur.

Le présent site web doit aider les élèves à récupérer les documents du cours, ainsi que des outils culturels pour prolonger le cours réalisé en classe et en fixer les éléments notionnels les plus incontournables. Le site aide donc à mémoriser l'essentiel du cours.

Le site espère aussi contribuer au suivi du travail accompli par les parents, qui ont besoin de savoir quels livres, quels texte sont abordés et de quels documents de méthode l'élève dispose effectivement pour préparer le travail qui lui incombe.

On pourra consulter le pdf synthétique consistant en un document d'accompagnement du travail personnel au lycée, adapté à chaque niveau d'étude (2nde, 1e ) pour bien démarrer l'année, en prenant les bonnes habitudes de travail. 

Il y a en français, en lycée:

  • des leçons à apprendre (!),
  • un cahier des charges à respecter année après année (du cours préparatoire en école primaire jusqu'au baccalauréat),avec des programmes nationaux disponibles sur le site ministériel eduscol ,
  • des attentes et des barèmes de correction communs à tous les correcteurs, critères qui ne sont pas plus fluctuants, aléatoires ou subjectifs en vérité qu'en sciences, dès lors qu'on défini clairement en amont qui doit faire quoi et quelles tâches incombent à qui, au sein de ce trio : le prof/ l'élève / la famille. 
  • Enfin, un socle culturel et notionnel qui joue sur (au moins) toute une décennie scolaire et toute une vie familiale  en matière d'acquisition de la langue, de maniement de la langue et d'appropriation d'un certain patrimoine culturel et littéraire en particulier.

Le cadre didactique en forme d'horizon à atteindre est clair, fixé ici, sur le site du Ministère:

http://www.education.gouv.fr/cid53318/mene1019760a.html

Le programme de français pour les classes de 2nde ou 1e est relativement souple: à l'intérieur de grands ensembles préconisés ou conseillés, le professeur dispose d'une relative liberté pour choisir les oeuvres, les supports textuels et documentaires, pour déterminer leur nombre, et leur donner sens en fonction des objectifs à atteindre. Le professeur détermine aussi (fonction du niveau de la classe, de son expérience des oeuvres littéraires, de ce qu'il sait de leur réception par les élèves des années 2000 etc.) ce qui sera le planning des évaluations, leur rythme, leurs modalités. Seuls les "bacs blancs" constituent des moments institutionnels dans l'établissement qui ne dépendent pas du seul enseignant qui s'inclut dans le dispositif global.

En revanche, le type de devoirs, leur format, leur évaluation répond à des critères, fixés par le Ministère et par le Rectorat, contrôlés par les corps d'inspection.

Chaque niveau (2nde, première, terminale) est évalué deux à trois fois par trimestre, sur des devoirs calqués sur ce que sera l'examen. Le délai de correction des travaux écrits est de 15 jours en moyenne.Pour information, un paquet de 35 copies de français (6 pages rédigées, à commenter et annoter) réclame au bas mot (pour un correcteur aguerri) 7h00 de correction.

Le contact avec les parents se fait prioritairement sur les horaires institutionnels prévus par l'établissement (les diverses réunions parents-professeurs, plénières et individualisées), ou sur les horaires de permanence.

 

Le fossé entre le collège et le lycée voire entre la classe de seconde et la classe de première est établi.

  • Le pas à franchir en français revient souvent à un saut de géant et cela explique sans doute l'envie de demander de plus en plus de  comptes au professeur (et en particulier celui de la classe de première) qui "éponge" régulièrement les angoisses et les nombreuses questions: ce site doit répondre à la plupart d'entre elles.
  • De même, le professeur de français de première doit expliquer régulièrement aux parents le hiatus de taille qui existe entre les pratiques et attentes du collège pour la matière-français (de courts devoirs rapides où la restitution prime sur la conception, et où le repérage prime sur l'analyse) et le monde inauguré en français au lycée: problématiser, analyser, rendre des comptes sur son raisonnement, l'étayer, le complexifier, jouer plus sur l'implicite que l'explicite, bref cumuler sur des devoirs longs plusieurs opérations conjuguées.

Ainsi, même un élève assidu, au niveau orthographique convenable, aimant lire et raconter des histoires ou encore capable de repérer des formes dans un texte au collège, ne sera pas forcément celui capable de problématiser et faire valoir un raisonnement cohérent et approfondi au fil d'un écrit plus long et plus ambitieux au lycée. 

  • Les élèves (et les parents) des années 2000 demandent de plus en plus de "méthode", terme magique que l'on voit comme l'horizon à atteindre, qui serait à la portée de tous et permet de ne pas se poser la question de ses propres aptitudes ou de ses propres responsabilités dans le travail quotidien. En vérité, la meilleure des méthodes consiste avant tout à suivre scrupuleusement le cours, à tout prendre en note sans temps mort, et  sans procrastiner, à suivre un à un les conseils (de lecture, d'exploitation de la moindre référence culturelle évoquée et d'approfondissement du cours).

Quelques conseils évidents, mais qui font déjà la différence entre bons élèves et élèves vite perdus:

  • lire les appréciations de copies , et confronter la copie au corrigé du professeur.
  • lire les appréciations de bulletin où chaque mot compte et en tirer lucidement et honnêtement toutes les conséquences utiles. ATTENTION dans un bulletin scolaire chaque mot est lourd de sens voire de sous-entendus: il convient alors de ne pas sous-estimer des euphémismes ou formulations pudiques. Ainsi, "des lacunes à combler" signifie que l'élève a du retard par rapport à ses camarades ou par rapport au niveau de compétences attendu à ce stade de ses études et qu'il doit engager un travail de reprise en main de son travail urgent pour éviter l'échec. 
  • exploiter méticuleusement le manuel scolaire, séquence après séquence, pour ouvrir les perspectives vues en cours et nourrir cette fameuse culture littéraire qui permet à force de confrontations et de comparaisons entre les objets, d'illustrer, ancrer son propos, ou au besoin de le nuancer et de le faire sortir des considérations les plus évidentes et les moins originales.

Pour conclure, j'encourage les élèves à bien consulter le site, de même les familles dans la mesure du possible, sachant qu'il revient à l'élève âgé de 16 à 18 ans (i.e. qui n'est donc plus un enfant) qui a en outre fait le choix du lycée général de se mettre franchement au travail. Ce site qui ne résoudra évidemment pas tout lui fournit néanmoins les ressources les plus usuelles. Il doit donc compléter efficacement le cours et s'ajouter à l'interaction nécessaire et irremplaçable avec le professeur, à construire jour après jour.

LPB

Les champs signalés d'un * sont obligatoires.