La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Quelques préalables...

Les séquences affichées sont données dans l'ordre de leur étude au fil de l'année scolaire.

Chaque séquence court jusqu'aux vacances suivantes (Toussaint, Noël, hiver, Pâques).

Le programme annuel compte 4 séquences.

Le programme de 1ère est placé sous la bannière d'un "slogan", du moins angle d'attaque, qui donne sa cohérence à l'année de première: pour 2018/2019, le jeu des "apparences".

Chaque professeur de chaque classe de première en France et dans les lycées français à l'étranger fournit un programme résultant d'un compromis entre des choix personnels et un cadrage national qui fixe les objectifs par niveau et par série d'études. 

L'élève disposera à chaque cours (1 texte par élève, i.e. chaque élève a forcément ses textes), au bac blanc (oral) et au bac (EAF en fin d'année) de ses textes: idéalement les ouvrages (oeuvres intégrales publiées et signalées ici) à se procurer, sinon à défaut, les oeuvres pré-découpés par le professeur (les textes faisant l'objet d'une lecture analytique réalisée en classe et à partir de laquelle les élèves prennent des notes utiles à leurs futures révisions pour le bac) : textes téléchargeables au format pdf. A l'oral des EAF (bac français), l'élève présentera ainsi une vingtaine de textes étudiés.

 

texte & réprésentation du 17e s. à nos jours

oeuvre intégrale par extraits: CORNEILLE, l'Illusion comique (1636)

 

Mise en scène de Mathieu ALMALRIC 

L'illusion comique revue et corrigée par la Comédie Française:

(extraits) 

 

Interview du metteur en scène : 

http://www.rfi.fr/emission/20110201-1-illusion-comique-corneille-vu-mathieu-amalric

 

Corneille & Amalric 

MATHIEU AMALRIC : C’est une commande pour la Comédie Française et c’est extraordinaire, vous choisissez une pièce qui a été jouée dans l’année, pas le droit de changer les acteurs…

(...) 

j’ai choisi Corneille. « L’Illusion comique ». Donc c’était en alexandrins, ça se passait aujourd’hui dans un hôtel. Et aussi tournage en 12 jours. Un long-métrage en 12 jours. Et Arnaud a fait lui « La forêt » d’Ostrovski, il l’a tourné en 12 jours et ça a aussi modifié totalement sa manière de travailler, il travaille de plus en plus vite, et là on peut avoir l’impression quand même d’approcher ce qui a pu se passer dans les studios américains ou je ne sais pas, des gens comme Jacques Tourneur, tourner des films en 15 jours, 18 jours, et ça donne une inconscience, une vitesse, il n’y a plus la notion d’auteur, d’artiste, de quoi que ce soit, c’est droit."

 

Mise en scène par Marion Bierry (2007)

« J'aime l'Illusion comique parce que c'est une planète peuplée d'enfants, et que cette pièce nous rappelle que le théâtre existe pour notre plus grand plaisir. Il n'est rien de plus subversif. Il y a tant à dire sur l'Illusion comique, comédie de l'amour étincelante, pleine d'invention, de jeunesse, d'audace, poème emblématique de la mise en abîme où l'on joue à jouer, où Corneille s'amuse à se parodier et semble rire de ses tragédies à venir.
S'il est un thème de l'Illusion comique résolument moderne, moteur de l'action dramatique et de l'action dans l'action, c'est celui du destin, de la quête d'une destinée qui protègerait l'être humain du gouffre métaphysique en l'exposant à l'immédiat de l'aventure, fût-elle imaginaire.
Don Quichotte, Matamore, Clindor, Isabelle, hommes modernes cherchent une destinée. Loin des dieux, loin d'Homère, l'homme moderne souffre d'une absence de sort, de fortune, de volupté de la fatalité, et tente de se forger un destin. Lyse risque plus encore et semble détrôner les déesses de l'Olympe en proclamant :
« ainsi Clindor je fais moi seule ton destin
des fers où je t'ai mis c'est moi qui te délivre
et te puis à mon choix faire mourir ou vivre ».
Les personnages de cette brillante comédie rêvent de tragédie. Ces aînés immatures de Camille, du Cid, de Cyrano, de Don Juan, de fausses suivantes et de tant d'autres prennent les chats pour des tigres et les mouches pour des dragons. Ils ont trouvé refuge dans la matrice du théâtre, celle de l'enfance, celle que l'on conserve en soi si précieusement pour survivre, ils y sont à l'abri pour longtemps. »

Marion Bierry

Conférence sur Corneille & l'esthétique baroque (Univ. of Chicago) (VO)

 

Oraux blancs: notions et points à réviser sur la séquence CORNEILLE/Théâtre 

http://www.lycluynes.acaixmarseille.fr/spip/sites/www.lycluynes/spip/IMG/pdf/LES_MONOLOGUES_DANS_LE_THEATRE_FRANCAIS_SEQUENCE_DE_SECONDE.pdf

 

écriture poétique & quête du sens du 16e s. à nos jours

oeuvre intégrale par extraits: Philippe JACCOTTET, "l'Effraie" in Poésie (1953)

interview télévisée (1990) de l'auteur par la RTS:

Présentation de Ph. JACCOTTET par lui-même

courte vidéo où l'auteur revient avec modestie sur ce qu'il attend et trouve dans l'écriture poétique.

 

 

 http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Poesie-Gallimard/Poesiehttp://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Poesie-Gallimard/Poesie

 

Page de l'éditeur GALLIMARD sur l'Effraie, recueil de jeunesse

http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Histoire-d-un-livre-L-Effraie-de-Philippe-Jaccottet/(source)/233750

 

Explication du poème "l'Effraie" par JM MAULPOIX

A consulter, le site de l'auteur du commentaire, JM MAULPOIX, universitaire et poète 

 

Quelques mots de Jaccottet lui-même

"Je pense quelquefois que si j'écris encore, c'est, ou ce devrait être avant tout pour rassembler les fragments, plus ou moins lumineux et probants, d'une joie dont on serait tenté de croire qu'elle a explosé un jour, il y a longtemps, comme une étoile intérieure, et répandu sa poussière en nous."

 

Selon le critique J. Starobinski

"À l'approche de ces poèmes s'éveille une confiance. Notre regard, passant d'un mot à l'autre, voit se déployer une parole loyale, qui habite le sens, comme la voix juste habite la mélodie. Nulle feinte, nul apprêt, nul masque. Nous pouvons accueillir sans ruse interposée, cette parole qui s'offre à nous sans détour. Un émerveillement, une gratitude nous saisit : la diction poétique, le discours poétique (mais délivré de tout artifice oratoire) sont donc possibles, toujours possibles ! C'est ce dont, à considérer la plupart des productions du jour, il semblait qu'il fallût désespérer, pour ne plus rencontrer que le souvenir brisé de ce que fut la Poésie..."

 

Printemps des poètes 2019

https://www.facebook.com/Printemps.des.Poetes.Coordination.France/https://www.facebook.com/Printemps.des.Poetes.Coordination.France/

Après l'ardeur, place à la beauté, thème poétique par excellence ! 

 

La question de l'homme dans les genres de l'argumentation du 16e s. à nos jours

groupement de textes: superficialité & mondanité 

annexe vidéo: la mondanité au cinéma

  • Federico FELLINI, La dolce vita (1960)

 

  • Paolo SORRENTINO, La grande bellezza (2013)

 

 

le personnage de roman du 17e s. à nos jours

oeuvre intégrale par extraits: Jean ECHENOZ, Les grandes blondes (1995)

annexe vidéo: Interview du romancier J. ECHENOZ (à l'occasion de l'expo à la bpi)