La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

L'épreuve écrite

(réforme 2019)

Durée : 4h

Coefficient 5 au baccalauréat général comme technologique

 

Pour le baccalauréat général : un commentaire ou une dissertation

 Le commentaire

Le commentaire porte sur un texte littéraire, en lien avec un des objets d'étude du programme de la classe de première. Le candidat compose un devoir qui présente de manière organisée ce qu'il a retenu de sa lecture et justifie par des analyses précises son interprétation et ses jugements personnels. Le texte proposé pour le commentaire n'est pas extrait d'une des oeuvres au programmes.

Cette production écrite est notée sur 20.

ou la dissertation

La dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle organisée sur une question littéraire portant sur l'une des oeuvres et sur le parcours associé figurant dans le programme d'oeuvres. Le candidat choisit l'un des trois sujets de dissertation, chacun étant en rapport avec l'une des oeuvres du programme et son parcours associés. Pour développer son argumentation, le candidat s'appuie sur sa connaissance de l'oeuvre et des textes étudiés dans le cadre de l'objet d'étude concerné, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelles.

Cette production écrite est notée sur 20.

 

Pour le baccalauréat technologique : un commentaire ou une contraction de texte suivie d'un essai

 Le commentaire

Le commentaire porte sur un texte littéraire, en lien avec un des objets d'étude du programme de la classe de première, à l'exclusion de l'objet d'étude "littérature d'idées du XVIème au XVIIIème siècle". Le candidat compose un devoir qui présente de manière organisée ce qu'il a retenu de sa lecture et justifie par des analyses précises son interprétation et ses jugements personnels. Le sujet est formulé de manière à guider le candidat dans son travail. Le texte proposé pour le commentaire n'est pas extrait d'une des oeuvres au programmes.

Cette production écrite est notée sur 20.

ou une contraction de texte + un essai

La contraction de texte permet d'apprécier l'aptitude à reformuler une argumentation de manière précise, en en respectant l'énonciation, la thèse, la composition et le mouvement. Elle prend appui sur un texte relevant d'une forme moderne et contemporaine de la littérature d'idées. D'une longueur de mille mots environs, ce texte fait l'objet d'un exercice de contraction au quart, avec une marge autorisée de plus ou moins 10%. Le candidat indique à la fin de l'exercice le nombre de mots utilisés.

Le sujet de l'essai porte sur le thème ou la question que le texte partage avec l'oeuvre et le parcours étudiés durant l'année dans le cadre de l'objet d'étude "La littérature d'idées du XVIe au XVIIIe siècle". Pour développer son argumentation, le candidat s'appuie sur sa connaissance de l'oeuvre et des textes étudiés pendant l'année, il peut en outre faire appel à ses lectures et à sa culture personnelles.

Cette production écrite est notée sur 20 : la contraction de texte sur 10 et l'essai sur 10.

 

L'épreuve orale

(réforme 2019)

Durée : 20 minutes (= 10 mn + 10mn)

Préparation : 30 minutes

Coefficient 5 au baccalauréat général comme technologique

 

Le descriptif

L'épreuve se fonde sur le "descriptif des activités" remis par l'enseignant, qui rend compte du travail qu'il a mené avec la classe durant l'année de première. Il prend la forme d'un récapitulatif des œuvres et des textes étudiés, en distinguant ceux qui ont fait l'objet d'une étude détaillée, sur lesquels les candidats peuvent être interrogés dans la première partie de l'épreuve. Sauf mention expliquant et justifiant l'anomalie, chaque objet d'étude doit comporter :

  • pour le baccalauréat général au moins 6 textes susceptibles de donner lieu à une interrogation (3 extraits au minimum pour chaque oeuvre, 3 extraits pour le parcours associé)
  • pour le baccalauréat technologique au moins 4 textes susceptibles de donner lieu à une interrogation (2 extraits au minimum pour chaque oeuvre, 2 extraits pour le parcours associé)

Ce descriptif comporte également une partie individuelle indiquant l'oeuvre choisie par le candidat parmi celles proposées par l'enseignant au titre des lectures cursives obligatoires ou parmi celles qui ont été étudiées en classe : cette oeuvre fait l'objet de la seconde partie de l'épreuve.

Le descriptif est signé par l'enseignant et porte le cachet de l'établissement. Il est communiqué à l'examinateur au début de l'épreuve. Il dispose des mêmes documents pour l'épreuve et pour sa préparation.

Accueil du candidat

Après avoir accueilli le candidat, l'examinateur lui indique :

  • le texte et le passage du texte retenu, avec une éventuelle sélection du passage à expliquer si le texte excède le format d'une vingtaine de lignes de prose continue;
  • la question de grammaire posée, qui ne peut concerner qu'un passage de l'extrait faisant l'objet de l'explication de texte.

Ces éléments sont indiqués par écrit au candidat, au moyen d'une fiche qui lui est remise et qu'il signe avant de commencer sa préparation.

Le candidat a alors 30 minutes de préparation.

Première partie de l'épreuve orale : exposé sur un des textes du descriptif

Durée : 12 minutes

 À l'issue de son temps de préparation :

  1. Le candidat propose d'abord une lecture à voix haute juste, pertinente et expressive du texte choisi par l'examinateur, après l'avoir situé brièvement dans l'oeuvre ou le parcours associé. (2 points)
  2. Le candidat propose une explication linéaire d'un passage d'une vingtaine de lignes, sélectionné par l'examinateur dans le texte, quand celui-ci excède cette longueur. (8 points)
  3. Le candidat répond à la question de grammaire posée par l'examinateur au moment du tirage. (2 points)

Seconde partie de l'épreuve : présentation de l'oeuvre choisie par le candidat

Durée : 8 minutes

Cette partie de l'épreuve notée sur 8 points, évalue l'expression orale, en réclamant du candidat une implication personnelle dans sa manière de rendre compte et de faire partager une réflexion sur ses expériences de lecture. Elle se déroule en deux temps successifs, le premier n'étant qu'un point de départ pour les interactions qui le suivent et qui constituent l'essentiel de l'épreuve :

  1. Le candidat présente brièvement l'oeuvre (choisie parmi les oeuvres analysées ou données en lectures cursives) qu'il a retenue et expose les raisons de son choix ;
  2. le candidat réagit aux relances de l'examinateur qui, prenant appui sur la présentation du candidat et sur les éléménts qu'il a exposés, évalue les capacités à dialoguer, à nuancer et à étoffer sa réflexion, à défendre son point de vue sur la base de la connaissance de l'oeuvre. 

NOTA BENE

L'oral se déroule sur convocation expresse, après les écrits.

L'examinateur peut être ou peut ne pas être le correcteur de l'écrit.

L'examinateur, tout comme le correcteur de l'écrit, n'est en aucun cas un professeur de l'établissement d'origine.

L'ensemble des textes soumis à lecture analytique pendant l'année aura été consigné dans une liste (transmise par votre enseignant, après visa du Proviseur, au Rectorat pour redistribution au centre d'examen en juin) appelée descriptif: ce descriptif est un document officiel et obligatoire le jour de l'épreuve orale.

Après un temps de préparation obligatoire et incompressible de 30 minutes, l’épreuve orale face à l’examinateur dure 20 minutes et se compose de deux parties, de 10 mn chacune et comptant chacune pour 10 points.

 

 

L'examinateur soumet tout d'abord le candidat à une lecture du texte à haute voix, épreuve (2 points) qui réclame de un entrainement régulier, signifie d'emblée un degré de maîtrise et de la langue et du sens d'un texte, et donne le ton pour le reste de l'épreuve. 

L'examinateur de l'oral, unique et identique pour les deux parties de l'épreuve orale,  écoute sans l'interrompre le candidat qui a sous les yeux les 3 documents autorisés et recommandés (voire obligatoires):

  • son brouillon (il a eu 30 mn pour rassembler ses idées, ses souvenirs du cours)
  • ainsi que son descriptif
  • et son texte, vierge de toute écriture ou signe distinctif, tout au long de l'épreuve orale, i.e. lors de la préparation ET lors du passage.

Les deux sous-épreuves (exposé + entretien) s'enchaînent sans temps de pause intermédiaire.

 

L'élève ne connaît pas sa note en sortant de l'épreuve, les commissions d'harmonisation réunissant les différents jurys devant encore se réunir et statuer sur les notes, voire les réviser, en les ajustant à la moyenne académique.

 

Les attentes de l'examinateur à l'oral

  • Pour la première partie d’explication de texte, l’examinateur va vous juger sur votre connaissance du texte, vérifier que votre analyse est à la fois juste, structurée et argumentée, et qu’elle s’appuie sur des exemples précis tirés du texte. Bien respecter le temps imparti est aussi un critère : gardez un œil sur la montre ! 
  • Pour la seconde partie, ses critères reposent essentiellement sur votre réactivité, vos connaissances en matière littéraire, ainsi que vos qualités de communication, d’argumentation et d’expression orale.

La réforme 2019 applicable en 2020 juge à l'oral deux aptitudes contradictoires et complémentaires:

- en première partie, savoir rendre justice à un texte et restituer un cours assimilé,

- en seconde partie, savoir se détacher du cours et faire valoir une culture personnelle !

 

Conseils de révisions

(en vue des EAF ou du bac blanc)