La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

2nde partie de l'oral (réforme '19)

A compter de la session 2020 des EAF, l'épreuve orale pour tous les candidats toutes filières va s'appuyer, en seconde partie, sur un échange entre le candidat et le correcteur, à partir d'une oeuvre choisie par le candidat parmi toutes celles lues (lectures linéaires ET lectures cursives). Il s'agira pour le candidat de rendre compte d'une lecture, de justifier un choix, un coup de cœur, une réaction, et de questionner son expérience de lecteur

 

Cadrage officiel

Extrait du Bulletin Officiel Ministériel décrivant le déroulement de l'épreuve:

Durée : 8 minutes

Cette partie de l'épreuve notée sur 8 points, évalue l'expression orale, en réclamant du candidat une implication personnelle dans sa manière de rendre compte et de faire partager une réflexion sur ses expériences de lecture. Elle se déroule en deux temps successifs, le premier n'étant qu'un point de départ pour les interactions qui le suivent et qui constituent l'essentiel de l'épreuve :

  1. Le candidat présente brièvement l'oeuvre qu'il a retenue et expose les raisons de son choix ;
  2. le candidat réagit aux relances de l'examinateur qui, prenant appui sur la présentation du candidat et sur les éléments qu'il a exposés, évalue les capacités à dialoguer, à nuancer et à étoffer sa réflexion, à défendre son point de vue sur la base de la connaissance de l'oeuvre. 

Méthode (1e)

Vade-mecum ici en pdf, téléchargeable: comment présenter une oeuvre de façon personnelle et raisonnée, comment anticiper les relances de l'examinateur pendant son oral.

 

Initiation à la présentation d'oeuvre (2nde)

sur tous supports (littérature et histoire des arts, œuvres ou extraits).

Pour noter le passage oral, cf. grille d'évaluation simplifiée ci-téléchargeable (avec compétences attendues, fond & forme de la prestation orale).

 

 

Un exemple de présentation d'oeuvre subjective et étayée 

Cette brève présentation de Voyage au bout de la nuit par l'écrivaine (ex-prof de français!) est réussie: bien calibrée, percutante, rythmée, renseignée (ce qu'elle dit des rapports Proust vs Céline est tout à fait juste), originale (défendre un "Céline sentimental" est atypique).  

 

Un des biais d'entraînement: le cercle de lecture 

Définition, enjeux (via Eduscol)

Le travail que l’élève effectue dans le carnet de lecture a vocation à être exploité lors des cercles ou rendez-vous de lecture. C’est un moment important qu’il convient de ménager après chaque étape dans la programmation de la lecture. Réunis par groupes, les élèves peuvent dans un premier temps échanger autour de leur travail : quels passages ont été compris ou ont retenu leur attention, quels autres leur ont posé problème ? Ils peuvent aussi prendre appui sur les citations relevées, sur leurs propres impressions avant de les confronter avec celles d’autrui, ce qui permet de les nuancer et de les mettre à distance, parfois de les confirmer. Le professeur organise et modère les échanges autour d’interrogations qui visent à éclairer le passage donné en lecture, de manière à ce que ces moments construisent progressivement le sens du texte et amènent également la classe à réfléchir aux enjeux de l’œuvre lue. Œuvre après œuvre, ces cercles de lecture contribuent à développer chez les élèves une véritable expertise en matière de lecture. Dans cette perspective, le professeur approfondit progressivement les interrogations qu’il propose à ses élèves. Par exemple, en début d’année il peut questionner sur les relations que l’élève entretient avec un personnage, puis l’amener à réfléchir au statut de ce personnage dans l’œuvre.

 

 Objectifs 

Compétences développées

Cf. présentation synthétique du dispositif ci-joint.

 

 Conditions

  • Supports: les œuvres étudiées et les lectures cursives. 
  • Fréquence: 1 fois par séquence, en milieu ou fin de séquence.
  • Durée: 1h à 1h30 par séance.